Jennis Li Cheng Tien. Dissipation, 2015
abstract
  • Pendant son séjour artistique, Jennis Li Cheng Tien a travaillé sur deux projets : To various degrees et Remember the city by the colors, à travers lesquels elle souligne l’importance de la rivière sur le tissu urbain et la manière dont elle conditionne ses habitants. À Gérone, elle a fait une intervention artistique, Dissipation, où quatre blocs de glace fondent dans l’Onyar en tant que métaphore de la soif humaine de permanence au sein du monde et de l’inévitable cours de la nature.
  • paysage, tissu urbain, rivière, intervention artistique, blocs de glace, action.

  • Jennis Li Cheng Tien | Dissipation, 2015

    Lors du séjour qu’elle a effectué grâce à la bourse de l’ETAC (Espace transfrontalier d’art contemporain) à Le Lait (Laboratoire artistique international du Tarn), à Albi, et au Centre d’art contemporain Bòlit de Gérone, elle a analysé les profondeurs du territoire et a réalisé des séries sur des éléments qui définissent les villes. Elle a créé deux projets (To various degrees et Remember the city by the colors) où les rivières finissent par définir et façonner le paysage et les habitants.

    L’artiste a réalisé Dissipation, une intervention artistique éphémère sur la rivière. Sur l’Onyar, il a placé quatre blocs de glace faits avec l’eau même de la rivière. Elle a enregistré comment l’eau gelée fondait dans le cours d’eau et comment celui-ci effaçait sa matérialisation physique, la glace. La durée de l’intervention a été déterminée par le temps que les blocs ont tardé à fondre et à se laisser consommer par le courant –apparemment doux– de l’eau. À travers la matérialisation de cette action reflétée par la vidéo et le dessin, l’artiste souhaite représenter la soif humaine de permanence au sein du monde ainsi que l’inévitable flux de la nature.

    Dissipation, 2015

    Installation

    Vidéo, impression inkjet sur papier non-acide
    et peinture blanche impression inkjet sur papier non-acide sur bois.

    Tailles variables

    Exposition et de processus créatif

    interview
    biographie

    Jennis Li Cheng Tien

    Taiwan, 1983
    Habite et travaille à Berlin

    Se basant sur la connaissance d’endroits concrets, l’artiste en analyse les caractéristiques et les histoires spécifiques et met les pratiques visuelles en rapport avec le contexte. À travers différents langages, elle nous dévoile un travail centré sur l’expérience sensorielle, sur un premier niveau physique de l’esthétique, sans donner guère d’importance à une facette idéologique éventuelle.

    Elle analyse la répétition et la différence en explorant le modèle et la planification urbanistique et la manière dont ceux-ci conditionnent directement le paysage urbain et notre perception de ce paysage. Cela lui permet d’imaginer et de comparer des villes ayant des origines culturelles variées et de créer son propre vocabulaire conceptuel et visuel. Elle entre en contact avec la population locale, qu’elle tient à faire participer pour voir les différentes formes que prend son travail.

    Elle crée également des séries dont le sujet principal est la remise en question de l’identité personnelle et son caractère éphémère à l’époque actuelle. Cela la mène au recyclage numérique et montre satiriquement comment la perception de la beauté de la part de la société est influencée par l’altération numérique des images.

    Ses œuvres prennent la forme d’installations site-specific, d’objets, de photographies et de vidéos où l’esthétique des images est très soignée.

    Diplôme en Conception de moyens interactifs, à Temasek Polytechnic, Singapour (2003) et mastère en Art public et nouvelles stratégies artistiques, à l’Université Bauhaus de Weimar, Allemagne (2010).

    Parmi ses expositions figurent notamment « Open Studio », au Centre d’art Le Lait d’Albi, France (2015) ; « What It Is About When It Is About Nothing », à la Mizuma Gallery, Singapour (2015) ; « Solatge », au Centre d’art contemporain Bòlit de Gérone (2015); « No Templates », au Centre d’art contemporain Addaya, à Alaró, Majorque (2014) ; « Paradís terrenal », à la galerie RDV, Nantes, France (2014) ; « Corrent continu », au Centre d’art contemporain Bòlit de Gérone (2014) ; « Hinterlandmark », au Centre d’art contemporain Addaya, à Alaró, Majorque (2014) ; LOOP tamtamART Taipei.IPIX, Taipei, Taiwan (2014) ; JUSTMAD 5 Emerging Art Fair, au stand du Centre d’art contemporain Addaya, Madrid (2014) ; « To repeat but not replicate », au Babel Kunst, Trondheim, Norvège (2013) ; UTOPIA, au Senatsreservenspeicher, Berlin (2013) ; « The Cloud Connection », au Turtlelab de Berlin, Allemagne (2013) ; Berlin.Status (2), à la Künstlerhaus Bethanien de Berlin, Allemagne (2013) ; « The Garden of Eden », au Palais de Tokyo, Paris (2012) ;  « It’s simply an exhibition of works on paper », au Centre d’art contemporain Addaya, à Alaró, Majorque (2012) ; ASYAAF: Young Artists Art Festival, Séoul, Corée du Sud (2012) ; et « zu.sammeln to gather », au Bedrohte Baudenkmäler in Deutschland Biedenkopf, Allemagne (2010), entre autres.

    Elle a effectué des séjours artistiques au Studio Residency de Grey Projects, Singapour (2015) ; au Centre d’Art Le Lait d’Albi, France (2015) ; au Centre d’art contemporain Bòlit de Gérone (2015) ; SI Arts Grant, Singapore International Foundation, Singapour (2013) ; au LKV Lademoen Kunstnerverksteder, Trondheim, Norvège (2013) ; au Centre d’art contemporain Addaya, à Alaró, (2012) ; au Goldrausch Künstlerinnenprojekt art iT Scholarship, Berlin, Allemagne (2011), et Re-thinking Home, Eigenbetrieb der Stadt Biedenkopf, Allemagne (2010).