IMG_6406_obra
abstract
  • Javier Chozas est un artiste qui fait des recherches sur les nouvelles technologies, la construction de l’identité personnelle, sur la manière dont nous modifions notre comportement sur la Toile et sur les conséquences de ces modifications. La fuite des lucioles est une réflexion sur la saturation que provoquent l’accès et l’excès d’informations sur les réseaux sociaux et Internet. Il nous voit comme des lucioles qui se laissent éblouir par l’immédiateté et le volume de l’information et par le manque d’intimité de ce moyen de communication.
  • réseaux sociaux, identité numérique, identité personnelle, installation, lumière et ombres.
  • Javier Chozas | La fuite des lucioles, 2014-2015

    Cette œuvre a été réalisée dans le cadre de la bourse de recherche créative de l’ETAC (Espace transfrontalier d’art contemporain), aux centres d’art La Panacée de Montpellier et Bòlit de Gérone. Le projet est le fruit d’une réflexion sur la dualité qui existe entre l’extase individuelle et le tissu émotionnel inhérents à l’utilisation des réseaux sociaux et de l’Internet, matérialisée à travers un ensemble de géométries spatiales construites à l’aide de lumière hypnotique. Résultat : une installation où l’artiste joue avec l’obscurité et l’éblouissement pour parler de la perte d’expérience que l’on subit à mesure que l’on se laisse séduire par notre identité numérique. L’artiste crée un parallélisme entre les lucioles hypnotisées autour d’un faisceau lumineux et la manière dont nous restons stupéfaits et abstraits face à l’excès d’informations de la Toile.

    La fuite des lucioles, 2014-2015

    Installation

    Technique mixte

    Tailles variables

    Exposition et de processus créatif

    La fuite des lucioles, [La fugida de les cuques de llum], 2014-2015. Procés creatiu
    interview
    biographie

    Javier Chozas

    Madrid, 1972
    Habite et travaille à Vienne, Autriche

    Javier habite et travaille à Vienne, en Autriche, où il fait des recherches dans les domaines des nouvelles technologies et de la construction de l’identité personnelle. Son œuvre nous invite à découvrir sa vision de l’ère numérique sans la moindre intention de nous positionner. Plutôt que d’en montrer les aspects positifs ou négatifs, à travers une vision critique, ils nous ouvrent les yeux sur une réalité dont nous ne sommes probablement pas conscients. Une réalité qui échappe à la réalité physique, car parfois, l’identité numérique —construite par rapport aux autres— est très différente de l’identité personnelle.

    L’affluence d’informations, l’immédiateté, l’urgence, le manque « volontaire » d’intimité qu’impliquent les nouvelles technologies sont des sujets que l’artiste analyse et utilise pour nous inviter à réfléchir sur ce qui se cache derrière la nouvelle ère numérique, où les apparences sont trompeuses, car les technologies ont la capacité de générer différentes réalités pour un même objet ou un même individu. Ses œuvres sont des installations et des sculptures de type conceptuel caractérisées par la recherche des possibilités plastiques de la lumière et par l’expérimentation avec les nouvelles technologies.

    Licence en Architecture à l’ETSAM, Madrid (2009). Mastère en Art, création et recherche à l’Université Complutense de Madrid (2013), où il est actuellement professeur honorifique. Études de doctorat à la Ruskin School de l’Université d’Oxford grâce à une bourse délivrée par la Fondation hispano-britannique (2014). Mastère en Media Art Cultures en cours à la Donau-Universitat de Krems, Autriche (2015).

    Il a exposé à « The Wild Bunch » à la galerie ASM28, Madrid (2012) ; à la Galerie Blanca Berlín, Madrid, (2012) ; « Transmediale satellite partners », à Berlin (2011) ; « Destino Berlín », à la Kunsthaus Bethanien, Berlin (2011) ; « News, Events and Friends Reflective » au Medialab Prado, Madrid (2011) ; quelques interventions à l’Art Claims Impulse Gallery, Berlin (2010) ; Galería La Zúa, à La Noche en Blanco de Madrid (2010) ; « Boundless », à la Don Gallery, Shanghai, Chine (2010) ; Galerie Arcaute, Pékin, Chine (2009), entre autres.

    Il a publié l’essai El tiempo digital, Narciso Narcotizado, Diseño Editorial (2014), a obtenu la bourse de la Fondation Banco Santander dans le cadre du concours Entreacto, Madrid (2013) ; prix Ville de Palma Antoni Gelabert, Palma de Majorque (2013) ; bourse pour la production artistique de la Fondation Arte y Derecho, Madrid (2011) ; IVe Concours de dessin de la Fondation Centenera Jaraba, Alovera, Castille-La Manche (2011).

    En tant qu’artiste résident, il a réalisé des séjours de création artistique à Casa de Velázquez, Madrid (2013) ; au Centre d’art contemporain Addaya, à Alaró, Majorque  (2013) ; à El Ranchito, Madrid (2011) ; au GlogauAIR, Berlin, Allemagne (2010) ; et à Platform China, Pékin, Chine (2009).